MAFIOS'ART

Bureau Des Arts de l'ENSEM


Nancy est une ville de 100 000 habitants qui compte environ 50 000 étudiants. Du fait de ce nombre important, Nancy est une ville qui bouge et qui attire ! Entre les concerts au Zénith ou à l’autre canal, les différents spectacles à la salle Poirel ou au théâtre de la Manufacture, les soirées électro de l’envers club, ou encore les différents musées et expositions, tu as de quoi te divertir.

Côté historique, Nancy regorge aussi de belles ressources. De l’incontournable place Stanislas, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO (elle figure notamment parmi les dix plus belles places au monde d’après le site www.lonelyplanet.fr), à la porte de la Craffe , tu iras de découvertes en découvertes en te baladant dans la ville.

Nancy a également un fort patrimoine artistique, en effet celle-ci a été un des villes majeures du mouvement de l’Art nouveau, apparu à la fin du XIXè siècle. Ce mouvement s’appuie sur des rythmes, des couleurs et des formes végétales et géométriques. L’exemple le plus connu de cet art en France est surement les bouches de métros à Paris, dessinées par Hector Guimard. Cet Art architectural se retrouve un peu partout dans la ville notamment le bâtiment de Artem, à l’arrêt de Tram Blandan.


L'église St Sébastien

La construction de cette magnifique église, situé au cœur de Nancy, fût décidé par le duc Charles III de Lorraine au XVI ème siècle en l'honneur du St patron Sébastien. En 1603, cette église n'était qu'une chapelle, qui fût partiellement détruite puis reconstruite au XVIII ème siècle pour devenir le monument que l'on connaît aujourd'hui. Cette église se caractérise par sa façade qui a été particulièrement soigné par l'architecte Jean-Nicolas Jennesson : plus basse que le reste de l'édifice, elle s'incurve et possède à ses extremités des sortes de colonnes rectangulaires qui encadrent l'unique porte d'entrée. Sur ces colonnes, on reconnaît les statues de St Sébastien et du Duc Léopold. Cette facade est également décoré par de splendides panneaux sculptés. L'intérieur de l'église, très lumineux, est réputé pour sa voûte intérieur qui vaut le coup d'oeil : elle est ornée de quatre scènes du martyre de St Sébastien.

Eglise saint Sébastien


La place Stanislas

La place Stanislas

La place Stanislas date de 1755. Elle est à l’origine d’un projet de Stanislas Leszczynski qui est alors ancien roi de Pologne et duc de lorraine. Cette place est au départ destinée au roi Louis XV et s’appelle alors Place Royale. Ce n’est qu’en 1831 qu’est apposée au centre de la place la statue de Stanislas et qu’elle prend le nom de place Stanislas. A L’origine, cette place sert à réunir la ville-vieille de la ville-neuve mais aussi de rassembler les services administratifs de la ville ainsi que des lieux de divertissements. A noter que la ville-vieille se trouve du côté de l’arc de triomphe et de la place carrière, soit au nord de la place. Longtemps négligée et devenue un parking au milieu du XXè siècle, elle a été restaurée pour son 250è anniversaire (de 2003 à 2005) selon un tableau anonyme de 1760 représentant la place originelle. A l’origine ornée de pavés rouges, la rénovation s’est faite avec des pavés clairs pour donner ce qu’on peut apercevoir auourd’hui.




La porte de la Citadelle

La Porte de la Citadelle, ancienne Porte Notre-Dame, fut commandée par le Duc Charles III à Galeani en 1598. Elle devait renforcer la défense de la Porte de la Craffe en complément des bastions qui l'encadraient. Sur les remparts de la vieille ville, adossé à la Porte de la Citadelle se cache un petit jardin secret. En friche jusqu'en 1990, il appartient au rectorat de l'académie de Nancy-Metz et a été entièrement aménagé par le service des Parcs et Jardins en jardin médiéval d'influence renaissance. Des carrés de végétaux utilitaires (plantes aromatiques, médicinales et fruitières) ou anciens (chèvre-feuilles, rosiers) se mêlent aux buis taillés en dessin géométrique. Les grands arbres de la propriété, qui ont été conservés, contribuent à faire de ce jardin secret un lieu idéal de repos et de sérénité. En échange de son aménagement et de son entretien, le rectorat autorise l'ouverture du jardin au public chaque jour.

porte de la Citadelle



La porte de la Craffe

La porte de la Craffe

La porte de la Craffe est une porte de Nancy, imposant vestige des fortifications médiévales, érigée au XIVe siècle au nord de la ville-vieille. L'ancien nom de cet accès fortifié était la porte des Bordes (ce mot désignait les masures abritant les malades contagieux rejetés de Nancy). La monumentale porte de la Craffe témoigne de la qualité de l'enceinte protectrice de la cité à la fin du XIVème siècle. En effet, ses deux tours jumelles, édifiées en 1463, possèdent des murs de trois mètres d'épaisseur qui résistèrent vaillament aux sièges de la ville en 1476 et 1477 par Charles Le Téméraire. Les fenêtres étaient disposées de manière à faciliter des tirs dans toutes les directions, des corbeaux de pierres soutenaient autrefois des volets protégeant les défenseurs postés à ces ouvertures. Dès le XVème siècle la porte fut mise à contribution comme prison. C'est sous le règne de René II, au début du XVIème siècle, que l'on établit un gros terre-plein ; il était destiné à renforcer la défense de la porte de la Craffe contre les performances de tir de l'artillerie naissante.